6473 homophobie | Spinoza, mon ami

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Spinoza, mon ami
Comprendre, juger, déplorer ou rire ?
Actu | Associatif | 03.10.2016 - 19 h 05 | 0 COMMENTAIRES
Petit manuel pour une laïcité apaisée : des extraits

Étiquettes : , , , ,

Je publie ici des extraits du Petit manuel pour une laïcité apaisée écrit par Jean Baubérot et le Cercle des enseignant-es laïques, dont je fais partie. On trouvera après les extraits des liens vers d’autres citations, ou présentation du manuel. Je rappelle que Yagg est en difficulté financière, soutenez ce média LGBT en visitant cette page.

(suite…)

Actu | Associatif | 30.07.2015 - 18 h 30 | 8 COMMENTAIRES
Sida, anticapitalisme et fatalité : à propos d’un article de Révolution permanente

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Militant de la lutte contre le sida à Act Up-Paris entre 1998 et 2013, pédé, séronégatif, cis, j’ai lu avec perplexité le texte « « Sida. Épidémie meurtrière du capitalisme » publié sur le site Révolution permanente. Sous prétexte d’une analyse de l’épidémie de sida d’un point de vue anti-capitaliste, et du fait d’erreurs factuelles ou de simplifications, on y stigmatise les travailleuses du sexe, relaie le discours de l’industrie pharmaceutique sur les médicaments génériques, invisibilise les luttes des personnes séropositives, notamment les femmes, passe sous silence la situation des trans ou les usagErEs de drogues, propage des approximations ou des contre-vérités sur les campagnes et les actions de prévention, de dépistage, sur l’épidémiologie ou sur le combat contre les brevets.

La critique qui suit est un appel au respect des malades et des minorités touchées par l’épidémie, qui n’ont pas attendu que l’extrême-gauche s’intéresse à leur situation pour développer une critique du capitalisme. C’est aussi un appel à respecter leur combat et à ne pas tourner en dérision leur victoire.

Ni la lutte contre le sida, ni la lutte contre le capitalisme – à plus forte raison si on pense comme moi que les deux combats sont liés – ne gagneront à des discours fondés sur une connaissance partielle de l’épidémie du VIH et des luttes que l’épidémie a engendrées. Bien au contraire, un discours de surplomb sur le VIH, sans prise avec les luttes concrètes menées ne peut qu’entretenir l’idée de fatalité, celle de l’épidémie, celle du capitalisme.

(suite…)

Actu | 30.04.2015 - 18 h 46 | 2 COMMENTAIRES
Vallaud-Belkacem et la laïcité à double vitesse

Étiquettes : , , , , , , ,

Selon la ministre de l’Éducation nationale, l’exclusion d’une jeune fille de son établissement scolaire se justifierait du fait d’un prosélytisme affiché. La ministre, qui se veut inflexible dans son républicanisme quand il s’agit d’une jeune musulmane, a cependant été beaucoup moins ferme face au prosélytisme catholique ces dernières années : elle a cédé, tant sur la PMA que sur la question de l’enseignement du genre à l’école, face à une opposition menée par des fondamentalistes catholiques largement soutenue par le clergé. Se pose alors la question en matière de défense de la laïcité : ce choix de prioriser une laïcité exercée contre des élèves musulmanes relève-t-il de la discrimination islamophobe ?

(suite…)

Non classé | 20.03.2015 - 01 h 36 | 85 COMMENTAIRES
De l’homophobie à l’islamophobie (1) : les inepties étymologiques

Étiquettes : , , , ,

« Étymologiquement, le mot ‘homophobie ‘ veut dire en grec ‘la peur du même’ ; son utilisation par les associations homosexuelles est donc ridicule ; l’homophobie n’existe pas. ». Tel fut en substance, il y a 10 ans, un des arguments utilisés à la barre et dans les médias par Christian Vanneste, député affilié à l’UMP et poursuivi pour injures homophobes. Directement confronté en 2005 à la violence de l’élu au tribunal et dans les médias, je suis, dix ans après, révolté de voir que les mêmes techniques d’invalidation sont utilisées, bien au-delà de la droite extrême, contre les personnes qui parlent d’islamophobie pour désigner les violences dont elles sont victimes, y compris les discriminations d’État. (suite…)

Non classé | 02.07.2014 - 02 h 36 | 4 COMMENTAIRES
Les phobies sélectives d’Eugénie Bastié prouvent sa malhonnêteté intellectuelle, et sa haine des trans, des bissexuelLEs, des gouines et des pédés

Étiquettes : , , ,

Le texte que je vais analyser  est homophobe, lesbophobe, biphobe, transphobe et sexiste. Son auteure est Eugénie Bastié. Eugénie Bastié est « journaliste ». Elle écrit pour Figarovox et Causeur. Elle est malhonnête.

(suite…)

Non classé | 08.09.2013 - 05 h 17 | 2 COMMENTAIRES
Censure du mariage de Batwoman avec une femme

Étiquettes : , , ,

Il y a quelques mois, Yagg annonçait la déclaration de Batwoman à une femme dans cet article. Selon Caroline Piquet sur slate.fr (voir son texte), DC fait pression sur les auteurs pour le censurer. Ces derniers auraient décidé de quitter la série et l’ont annoncé sur leur blog.

La comparaison avec Marvel est facile à faire comme on peut le voir sur ce billet de tumbl. L’éditeur de Spider-Man, X-Men ou Avengers met en scène des personnages ouvertement homos depuis très longtemps. En juin 2012, le X-Man Véga se mariait à son mec. Le souci de l’égalité va jusqu’à faire du mari une victime des super-méchants (enlèvement, menace, etc.) au même titre que Betty Banner ou Mary-Jane Parker, quand ces femmes se sont mariées, il y a bien longtemps, aux alter-egos de Hulk ou Spider Man.

 

zYF3yxN

Non classé | 24.08.2013 - 12 h 13 | 9 COMMENTAIRES
Michel Onfray rajoute la transphobie à son répertoire

Étiquettes : , , , ,

« Quand on excite une partie des Français contre une communauté, celle-ci devient le bouc-émissaire et on se retrouve avec des gens frappés, tabassés, stigmatisés.». Ces justes paroles, nous apprend Yagg, ont été prononcées par Michel Onfray, en réponse au député homophobe Hervé Mariton.

Dans le cadre de son Université populaire de Caen, le même Michel Onfray tient, nous apprend le collectif les Mots sont importants, les propos publics suivants, retransmis par France Culture le 2 août dernier :

 « Oui, dans les années 60 il y avait une télévision d’Etat qui était aux ordres de De Gaulle, mais il y avait ’Les Perses’ d’Eschyle à 20h30. Aujourd’hui le pouvoir est diffus, on a l’impression qu’il y a la liberté, il y a les syndicats les machins etcétéra etcétéra, et qu’est-ce que vous avez à 20h30 ? Un transexuel qui s’est fait opérer, qui vient d’épouser un petit garçon qu’il a ramené du Cambodge, et avec lequel il veut un enfant qui leur permettrait de faire hériter quelqu’un qui est mort et dont le sperme a été congelé. Est-ce que c’est mieux ? » La salle applaudit bruyamment.

 C’est donc le tran qui est responsable de la médiocrité des programmes télé alors que TF1 ou M6 ou W9, et surtout Direct 8, seraient tout à fait prêtes à nous passer Les Perses, et même L’Orestie, tous les soirs de la semaine, si le trans ne les squattait pas. Le trans est pédophile, fait du tourisme sexuel, est cupide et monte des plans diaboliques. Le public, qui applaudit, est prêt à lutter contre cet indésirable, témoigne de son enthousiasme, qu’il pourra manifester en tuant un trans ou deux : on parle très peu des meurtres de ces gens-là, et cela nous permettra peut-être enfin de revoir nos classiques grecs sur TMC, de lutter contre la pédophilie et le tourisme sexuel, et de protéger les banques de sperme. La transphobie d’Onfray est argumentée, claire et efficace : son auditoire est conquis.

 Le 7 octobre 2006, Onfray se couvrait de ridicule en consacrant une de ses chroniques dans L’Humanité à Act Up-Paris. Il chouinait car « Act Up, qui a le droit d’ignorer Sartre et sa généalogie de l’homosexualité, avait en effet dépêché sa police, ses renseignements généraux, ses commissaires aux archives, sa milice punitive, pour informer le réseau gay de mon ‘homophobie’ ! ». Le seul problème, c’est qu’Act Up n’avait jamais rien écrit sur Onfray. On rigolait beaucoup en interne de ces conceptions de l’homosexualité (en gros, on devient pédé car papa est souvent absent, et maman nous fait trop de bisous avant de nous coucher).

 Depuis, Onfray s’est illustré par une islamophobie virulente, présente encore dans ses homélies retransmises par France Culture, des propos sur Marx et la religion montrant qu’il ne l’avait pas lu (Lire La haine de la religion de Pierre Tevanian), un entretien complice avec Sarkozy, une chasse à la promotion lui faisant renier tout engagement social et des discours où il dit tout et son contraire. Face à toute critique, il brandit la liberté d’expression. Comme si le droit de tout dire voulait dire le droit de dire n’importe quoi, comme si la liberté d’expression exemptait de tout devoir de rendre des comptes sur ce qu’on a dit, sur la violence de ses mots, sur les contradictions de ses discours. Des gens sont morts en défendant la liberté d’expression, Onfray récupère leurs combats comme pur argument d’autorité et arme pour invalider ses contradicteur-rices.

 Nous avons besoin d’intellectuel-les médiatiques qui alertent sur les violences, commises contre les trans et notamment les meurtres. Nous avons besoin de philosophes en lien avec les minorités réprimées, par exemple les musulman-es, les rroms, les trans, les sans-papiers, les jeunes-des-banlieues, et qui soient capable de penser avec et pour ces personnes.

 Au lieu de cela, nous avons un démagogue omniprésent dans les médias, qui, avec la complicité du service public, « excite une partie des Français contre une communauté » et fait de celle-ci « le bouc-émissaire » ; alors, « on se retrouve avec des gens frappés, tabassés, stigmatisés. » Et assassinés.

Publicité